• Bienvenue sur le forum du Raffut-Alpin : inscrivez-vous pour pouvoir intéragir avec les autres supporters, créer vos discussions, poser vos questions et ne plus voir les publicités présentes sur le site.

Debrief 23/24 FCG / MHR : le débrief

Le Top14 était à portée de tir



Ils l’ont vu, ils l’on senti, ils l’ont touché ce Top14 autour duquel ils tournent depuis 2 ans. Jamais les joueurs du FCG n’en ont été aussi proches et pourtant en aout prochain, c’est bien en ProD2 que les grenoblois vont de nouveau évoluer. Battus sur le fil par une équipe de Montpellier qui a souffert le martyre sur la pelouse surchauffée du Stade des Alpes. 2 petits points seulement mais qui sont durs, très durs à accepter pour toute une équipe qui a mis tout son cœur et ses tripes sur le prés.

Avant la rencontre, les frissons ont parcouru ceux et celles qui ont eu la chance d’être présents pour la haie d’honneur faite aux grenoblois. Des visages concentrés et émus. Des visages fiers et volontaires au milieu de centaines de supporters rouge et bleu. Des frissons garantis et une communion de grenoblois et de grenobloises. Le ton était donné. Malgré cela, on entendait autour du stade que cela aller être dur, que Montpellier « ce sont les champions de France d’il y a 2 ans quand même », que c’est une « armada » et que « nous on doit faire face à la déception de la défaite en finale face à Vannes » une semaine plus tôt.

1718624226272.png

Thomas Lainault a été impérial en touche Photo : Karine VALENTIN

L’émotion elle était palpable à l’entrée des 2 équipes sous un soleil chaud. Aussi chaud que les 20 000 supporters qui garnissaient un SDA sold out pour la 1ère fois de la saison. Chacun en tribune était anxieux de savoir comment ces grenoblois allaient faire face à ces montpelliérains mal en point certes mais quand même avec des noms dans leurs rangs.

Le premier ¼ allait se révéler plus que délicat pour le FCG. Faisant rage en défense et essayant d’appuyer les impacts sur les placages mais les grenoblois vont encaisser 14 points en 14 minutes ! 2 essais marqués par leurs ailiers : Lam (7ème) et son compère Ngandebe (13ème) feront sauter le verrou grenoblois bien aidés par des placages manqués. Carbonel transformant en bonne position les 2 fois, le MHR semblait parti pour un cavalier seul. Davies ayant tout de même inscrit 3 points entre les 2 essais, les joueurs de Patrice Colazzo menaient en étant pragmatiques. Le public grenoblois se dit alors qu’il ne devait pas lâcher les siens. Les chants redoublaient en tribune au fur et à mesure que le FCG reprenait du poil de la bête. Davies passait 3 nouveaux points avant de louper une autre tentative dans une position relativement bonne pour un buteur de son niveau. Grenoble gênait le MHR. Les mêlées étaient solides et l’alignement grenoblois étaient impeccable à l’image de Thomas Lainault tour de contrôle casquée du FCG. Grenoble devait jouer sur ce point fort. En allant en touche par exemple. C’est sur une d’elle que le pack grenoblois va montrer toute l’entendue de sa puissance : Lainault, toujours lui, capte le ballon, s’en suit un ballon porté d’école emportant le pack de Montpellier jusque dans l’en-but avec Barnabé Massa en conclusion. Une démonstration de puissance des grenoblois et un stade qui explose. Avec la transformation, Davies permettait aux siens de revenir à 1 point. 13-14 à la 30ème minute. Montpellier, pensionnaire de l’élite fragile, courbait l’échine en même temps que Grenoble relevait la tête. Davies va louper un drop tenté un peu trop vite. Le FCG domine et prive le MHR de ballons. Si Montpellier se montre très dangereux lorsque Lam est sorti en touche à 1 mètre de la ligne, Grenoble défend, se bat, met son cœur sur la pelouse. Mis sous pression par les grenoblois Ngandebe va se dégager et trouver une touche sur les 50 mètres. Les grenoblois vont capter une fois de plus le ballon et progresser sur plus de 40 mètres jusque ce que Davies ne délivre une passe au pied millimétrée pour Hepetema le long de la touche. Le centre australien, invité de dernière minute pour ce match, va capter le ballon et franchir en puissance la ligne pour le second essai du FCG ! du délire dans le stade ! Les grenoblois venaient de prendre la tête même si Davies loupait la transformation. 18 à 14 alors que Tual Trainini sifflait la mi-temps.

Grenoble menait. Oui, les joueurs du duo Nadau/Pezery étaient en tête et le MHR n’avait plus la sienne. Les montpelliérains étaient en plein doute. Les 15 1ères minutes de la seconde période seraient sans doute déterminantes.

Dés la reprise, après un petit coup de pied de d'Escande pour lui-même par-dessus la défense file vers l’en-but avant de donner à Aptsauri, repris à 1 mètre de la ligne le pilier géorgien, remettait intérieur pour Hulleu mais la défense de Montpellier interceptait et pouvait se dégager. Grenoble ne le savait pas encore mais les rouge et bleu venaient de louper la balle de match.

2 points qui font mal

Durant toute la 2ème période, le MHR va tenir le ballon. Les grenoblois seront impitoyables en défense. Martelant d’impacts physiques les joueurs du sud. Tual Trainini va lui aussi vouloir jouer son rôle. Après avoir refusé un essai à Thomas Lainault en 1ère période pour un en-avant litigieux, il va oublier de donner un carton jaune à Tisseron suite à un placage en l’air sur Julien Farnoux. Erwan Dridi, présent en tribune, aura sans doute apprécié, lui qui avait pris un second carton jaune synonyme d’exclusion à Aix en Provence, pour bien moins que ça. Carbonel va réussir une pénalité pour ramener son équipe à un point à la 62ème. Davies n’aura pas la même réussite 5 minutes plus tard en loupant une nouvelle pénalité aux 50 mètres. Pourtant si talentueux dans la gestion du match, le gallois péchait dans ses tentatives. Les grenoblois, poussés par un public en folie, tenaient bons. Chaque action de Montpellier faisait passer des frissons dans le dos des grenoblois. Le match avançait et ce petit point faisait le bonheur des isérois. Des joueurs du FCG qui se donnaient corps et âmes. Pourtant, à 4 minutes de la fin, Tual Trainini va décider d’accorder une pénalité à Montpellier en face des poteaux sur les 22 mètres du FCG. Une faute de Rossi était sanctionnée alors que plusieurs montpelliérains avaient été au delà du regroupement, sans que l'arbitre ne réagisse. Carbonel passait la pénalité et donnait 2 points d‘avance aux joueurs de Mo Altrad qui était enfoncé dans son siège depuis le début du match. Le MHR n’avait plus qu’à tenir le ballon face à des grenoblois exténués, fatigués et éreintés par une saison qui les aura vu revenir de l’enfer et toucher le bonheur.

Davies va même décider d’arrêter là les frais en tapant un petit par-dessus depuis ses 22. Il savait que son équipe n’avait plus les moyens de remonter 80 mètres. Montpellier va sauver sa tête et Grenoble baisser la sienne.

Une défaite dure, très dure à encaisser pour les grenoblois. Eux qui ont tout donné sur leur pelouse. Eux qui ont fait honneur à leur maillot et à leur club. Après une saison très difficile mais qui les a vu tutoyer les sommets, les grenoblois n’auront pas la possibilité de communier avec leur public autrement qu’avec les larmes de la défaite.

Aujourd’hui (dimanche), c’était le jour de nos seigneurs, ceux qui ont gagné le respect de toute la France du rugby. Tenir tête aux mercenaires montpelliérains. La bande de potes qui aura écrit son histoire. Coluche nous racontait l’« histoire d’un mec », cette saison aura été l’histoire de 40 mecs. 40 bonhommes portés par la solidarité d’un groupe qui n’aura jamais voulu rien lâcher.

1718624346738.png

La tristesse de Barnabé Massa Photo : Karine VALENTIN


Merci les gars, merci à vous. Nous, supporters, avons été fiers de vous. Certains vont partir, d’autres vont arriver. Le FCG c’est un club, LE club et nous serons toujours là.
 
Dernière édition:
Merci pour ce dernier debrief toujours aussi juste dans le propos. Il m'étais impossible de m'exprimer avant tellement cette fin de saison de toutes les promesses me laisse sans mots. Sans maudire. Comment blâmer ces 40 mecs exceptionnels et le duo Nadeau/Pezery ? Je vais simplement aller dans le sens d'El Présidente. Je vous dit simplement à l'année prochaine. Comme Clermont pendant des années, le FCG va finir par y arriver et retrouvera les sommets.
 

Derniers messages

Retour
Haut