Le nombre de vues est limité pour les visiteurs

Interview 5 Amazones répondent à nos questions !

El_Presidente

Modérateur
Team Raffut
Inscrit
25 Mars 2021
Messages
2 438
Score de réaction
2 103
Localité
Grenoble
1684861959686.png

Alexandra, Ambre , Léa, Émeline et Manae : le présent et l'avenir des Amazones / Photo : El_Presidente

Dimanche 21 mai, le FCG Amazones Elite 1 recevait le Stade Toulousain, champion de France en titre pour un ¼ de finale aussi excitant que passionnant. Les Amazones se sont inclinées après prolongation. Le score final était de 36 partout. Le règlement stipulant qu'en cas d'égalité parfaite, c'est au nombre d'essais marqués que le vainqueur est désigné. Malheureusement pour les grenobloises, les toulousaines ont marqué un essai de plus (6 vs 5). Cruelle défaite pour les Amazones qui ont tout donné et fait douter les championnes de France.

Nous avons eu le plaisir de rencontrer 5 joueuses du collectif isérois avant la rencontre : La capitaine et demie de mêlée Alexandra Chambon, la pilier Ambre Mwayembe, la 3ème ligne Léa Champon, la 2ème ligne Manae Feleu et la 3ème ligne Emeline Gros. Toutes les 5 sont internationales.


1684864548034.png
Raffut Alpin : Dimanche vous recevez les championnes de France en titre. Comment abordez-vous cette rencontre à domicile ? Vous vous sentez favorites ?

Ambre Mwayembe
: Favorites non. Pour nous ce sera un vrai challenge face aux toulousaines. Pourtant, elles sont championnes de France certes mais on a envie de montrer que tout le travail que l’on fait pendant les entrainements fait qu’aujourd’hui on existe. Il y a des internationales dans leur équipe mais on n’a pas peur. On a, nous aussi, des internationales ! Nous sommes bien décidées à montrer de quoi nous sommes capables.

RA : c’est le 2ème ¼ de finale d’affilée pour les Amazones (ndlr : défaite l’an passé sur la pelouse de Blagnac), une victoire aurait été considérée comme un exploit. Cette année, à domicile, face au Stade Toulousain, une défaite serait une déception. Le statut des Amazones a changé en 1 an ?

Léa Champon
: l’an passé ce ¼ de finale c’était du bonus. Cette année, on a tout fait pour pouvoir recevoir en ¼ et bénéficier de l’engouement du public. Comme l’a dit Ambre, nous n’avons rien à envier à cette équipe de Toulouse. Sur un match tout est possible et nous avons bien l’intention de nous imposer évidemment !

Emeline Gros : nous avons changé de statut c’est certain. Par le passé, ces équipes se disaient que jouer les Amazones c’était une étape vers la finale. Aujourd’hui au vu de notre classement en poule (2ème à l’issue de la phase régulière), on peut faire peur à certaines équipes. Nous sommes de plus à la maison. Tout le monde sait que c’est difficile de venir gagner à Grenoble. Malgré cela, c’est un one shot ! Ça passe ou ça casse et il va falloir tout donner pour accéder aux demi-finales. On y croit, le groupe, les coachs on est focus sur ce match. Le leitmotiv de cette semaine c’est la victoire et rien d’autre.

RA : effectivement, toute la saison se joue sur un match. Comment on prépare une telle échéance en 15 jours ? Le calendrier est haché par les matchs internationaux (Coupe du monde et Tournoi des 6 nations), comment on le gère ?

Ambre
Mwayembe : ce n’est pas facile c’est vrai. Cela dit, on a fait de bons matchs pendant les fenêtres internationales, je pense au match contre Bordeaux par exemple. Après, on travaille chacune de notre côté et on se connait bien, ça aide.

Alexandra Chambon : c’était important qu’il y ait un match de championnat avant ce ¼de finale (victoire 38 à 3 face au LOU le 13 mai). Chacune a son propre ressenti, mais oui, c’est vrai que le retour en club n’est pas forcément évident. Les filles ont bossé pendant 2 mois pendant que nous étions en équipe de France, il y a des choses qui ont avancé et ce n’est pas simple de se remettre dedans. C’est pour cela, encore une fois, que le match contre le LOU a été essentiel dans notre préparation.

RA : ces allers-retours en EDF vous permettent d’emmagasiner de l’expérience que vous ramener en club. Jouer devant 18000 personnes au stade des Alpes puis devant 50000 à Twickenham c’est forcément un plus que vous partagez avec vos coéquipières ?

Emeline Gros
: quand on joue en EDF on atteint le haut niveau. C’est évidement un plus pour nous et pour le club. Ce que j’ai appris en EDF, sur la technique, les touches, les mêlées j’aime le transmettre lorsque je reviens en club. D’ailleurs, j’aime quand les filles me posent des questions sur ces sujets. Si cela peut les aider à se construire dans leur rugby et à performer sur le terrain alors ce n’est que du bénéfice. Malgré tout, je rejoins Alex sur le fait qu’il n’est pas simple de se « remettre en route » quand on revient en club. Quand on part 2 mois on a beaucoup de choses à apprendre quand on revient. Par exemple avec Alex, on doit retrouver notre symbiose. L’axe 9-8 est essentiel et la façon dont on joue avec les Amazones est différente de celle de l’EDF et parfois ce n’est pas évident. Alors, oui, le match face à LOU nous a remis dedans et là tout va bien. Nos bases sont très solides, nous sommes sereines et nous n’avons plus qu’à montrer ce que l’on sait faire.​

Émeline GROS : « Ce que j’ai appris en EDF, sur la technique,les touches, les mêlées j’aime le transmettre lorsque je reviens en club. »

1684864350247.png
RA : les toulousaines se disent également sereines avant de venir à Grenoble. Pourtant, leur championnat a été difficile cette année. Elles terminent 3ème de leur poule seulement serait-on tenté de dire. C’est un moyen de vous mettre la pression ce genre de discours ?

Alexandra Chambon
: je ne sais pas si on peut parler de pression. Je pense qu’elles veulent nous laisser le statut de favorite car nous nous sommes mieux classées qu’elles et que du coup on reçoit pour ce ¼ de finale.C’est une équipe qui a beaucoup d’expérience. Nous nous sommes une jeune équipe qui continue de se construire. On est focus sur nous-mêmes et pas forcément sur l’adversaire. Peu importe le nom de notre adversaire. Si cela avait été Montpellier c’était pareil pour nous. On a eu effectivement des échos de ce que pensent les toulousaines de nous et je confirme ce que disait Emeline : aujourd’hui nous sommes respectées par ces grands noms du rugby féminin.​

Manae FELEU : « nous ne sommes plus les petites jeunes en apprentissage, on commence à faire peur »

RA : le statut des Amazones semble avoir changé donc. Les Amazones commencent à faire peur ?

Manae Feleu
: oui c’est vrai, on commence à faire peur surtout par rapport à l’an dernier. On était des outsiders et ce n’est plus le cas aujourd’hui. On commence à parler de nous. L’année dernière on s’est qualifiées de justesse, cette année on finit 2ème de la poule, on progresse. Les filles des autres équipes parlent de nous. On a des jeunes comme Ambre, Léa et Teani (Feleu) qui ont été appelées en stage de l’EDF. Cela montre qu’on a beaucoup de potentiel et que malgré le fait que l’on soit jeune, cette équipe a de l’avenir et les toulousaines en sont conscientes.

RA : cette jeunesse c’est ce qui fait la force des Amazones finalement. Beaucoup de filles tapent à la porte de l’EDF. La réserve joue les 1ers rôles dans son championnat. La formation est reconnue au niveau national. On sent un engouement qui se crée petit à petit.Vous en êtes conscientes ?

Manae Feleu
: à moitié. On pense qu’on est encore des petites jeunes qui sont en train d’apprendre. Mais nos performances montrent qu’on est plus ces petites jeunes même si notre moyenne d’âge est basse. Cela ne se voit pas sur le terrain et c’est ça qui change. Malgré cela on pense encore parfois qu’on est des petites jeunes. Finalement on est notre propre ennemi en pensant ça. Léa a fait autant de saison que moi en élite. On ne peut pas considérer que c’est une petite jeune.

1684864229080.png
RA : Avez-vous un mot pour les supporters ?

Ambre
Mwayembe : on sait que le public est chaud à Grenoble. Il aura son rôle à jouer pour impressionner nos adversaires. Nos familles, nos amis seront là aussi et ça nous motive.

Emeline Gros : j’ai eu la chance de jouer dans un autre club (Montpellier) et je peux vous dire que je n’ai jamais vu autant de supporters autour de la pelouse que nous en avons à Grenoble. Je trouve ça incroyable. Le fait que ce soit un ¼ de finale devrait amener encore plus de monde, du moins on l’espère vraiment. Ce genre de matchs est une belle promotion pour le rugby féminin et pour les Amazones. On est fière de démontrer qu’on joue un bon rugby, que chaque année on réalise des performances meilleures que précédemment. Et puis peut-être que certaines personnes seront curieuses de venir nous voir et de découvrir que les filles peuvent et savent jouer au rugby. Enfin, plus que pour un match classique, on a vraiment besoin d’avoir l’engouement du public afin que cela nous transporte et nous amène encore plus loin.


1684863267477.png

Si la défaite est cruelle, elle est malgré tout synonyme d'espoir : sur ce qu'a démontré tout le groupe des Amazones, tout le rugby hexagonale sait désormais que les Amazones de Grenoble sont des joueuses qui comptent sur l'échiquier national. La sélectionneuse de l'équipe de France, Gaëlle Mignot était présente dans les tribunes du stade Lesdiguières. Nul doute qu'elle a vu le potentiel des grenobloises.

Un potentiel qui devra se confirmer dés la saison prochaine. Une saison au cours de laquelle les Amazones seront sans doute ambitieuses.

Propos recueillis par : El_Presidente / Photos El_Presidente / Karine Valentin
 
Dernière édition:
Super groupe que cette équipe des Amazones : bravo à elles pour le chemin parcouru, vous reviendrez plus fortes la saison prochaine ❤️💙

Et bravo au staff/dirigeants du club 😉
 
  • J'aime
Les réactions: Gavo
Elles sont au top nos amazones ! Elles n'ont pas à rougir de leur saison et de leur 1/4 de finale. Elles vont revenir plus fortes la saison prochaine et je serais là pour les soutenir et immortaliser leurs exploits. Petit message à ceux et celles qui ne les ont jamais vu sur un terrain.... qu'est ce que vous attendez pour venir voir du beau rugby ?
 
Elles sont au top nos amazones ! Elles n'ont pas à rougir de leur saison et de leur 1/4 de finale. Elles vont revenir plus fortes la saison prochaine et je serais là pour les soutenir et immortaliser leurs exploits. Petit message à ceux et celles qui ne les ont jamais vu sur un terrain.... qu'est ce que vous attendez pour venir voir du beau rugby ?
Merci à toi aussi qui participe à leur visibilité ❤️💙 (et qui nous permet d'illustrer notre site 😁)
 
Retour
Haut