Le nombre de vues est limité pour les visiteurs

Debrief 23/24 Debrief Match contre Vannes

Fred Fcg

Professionnel
Expert du Raffut
Inscrit
8 Novembre 2022
Messages
149
Score de réaction
257
bonjour les ami(es)

voici mon débrief :
DSC_3884 (Copier).JPG

Les bons ingrédients d’une victoire​


Après la première victoire à l’extérieur de la saison, le week-end dernier en Charentes, beaucoup se posaient la question de savoir si ce succès pouvait être considéré comme l’acte fondateur d’un nouvel élan dans la saison du FCG ? En effet, les prestations à l’extérieur jusqu’à là, étaient plus proche d’un camouflet que celles d’une équipe conquérante, sûre de son rugby. Cependant, cette victoire chez les Angoumoisins n’est pas une fin en soi. Elle montre, simplement que les joueurs ont réussi à « se payer » de leurs efforts comme on l’entend souvent dire de la bouche des entraîneurs. En recevant Vannes, jeudi soir au Stade des Alpes, le leader incontesté du championnat de Pro D2, qui écrase tout sur son passage, la question était de savoir si la bande à Aubin Hueber allait être capable de se payer encore de leurs efforts ? Dans les déclarations d’avant-match, Aubin Hueber affichait un visage plutôt détendu, était plutôt confiant : « Pour moi, c’est un match de rugby, face au leader […] Rien de mieux pour se jauger et voir justement, si face à ce leader, le FCG va être capable de relever ce défi, moi, je n’en doute pas, par contre il faudra mettre les ingrédients. » Interrogé sur la nature des dits ingrédients, Aubin répond : « c’est surtout être discipliné, discipliné dans notre jeu, sur notre défense, être nous -mêmes, montrer aussi qu’on est au Stade des Alpes, on est à Grenoble, voilà on défend notre territoire, défendre notre territoire, c’est donné tout pour ce maillot. » La feuille de route est claire pour les coéquipiers de Steeve Blanc-Mappaz. Est-ce que les mots seront suivis d’actes forts sur le terrain ? Après quatre-vingts minutes de combat acharné dans des conditions météorologiques exécrables, on peut dire que les Grenoblois ont répondu à l’appel de leur manager.

Les bons choix stratégiques​

DSC_3859 (Copier).JPGSous une pluie battante, les consignes n’étaient pas de produire du jeu à tout va avec des offloads, mais de gagner la bataille de l’occupation, des collisions, de la possession. Les Isérois ont vraiment mis les ingrédients pour y arriver. Sérieux et appliqués, les Grenoblois remportent les premières phases de collision, investissent le camp des Vannetais en restant disciplinés, en étant propre dans leur jeu, avec très peu de ballons tombés. C’est tout le contraire du côté des Bretons qui subissent, qui multiplient les fautes, neuf pénalités sifflées et un carton jaune durant la première mi-temps. Leur manager, Jean-Noël Spitzer, d’un naturel peu enclin au sourire, exprime son inquiétude au micro de Canal+. Ses hommes balbutient leur rugby : deux touches contrées par l’alignement grenoblois dans la zone de marque (21ième et 40ième), une touche non trouvée par leur demi-d ’ouverture (28ième ), de nombreux ballons tombés à l’approche de l’en-but. Plus pragmatiques, les Grenoblois prennent les points au pied alors que les Vannetais proposent systématiquement le défi en touche en choisissant les pénaltouches. Choix payant pour Grenoble. Le pied de Romain Trouilloud trouve la cible et permet à son équipe de mener 9 à 0 (une seule tentative a échoué), alors que les Bretons ne marquent aucun point. Nicolas Nadau est totalement satisfait de la prestation de ses joueurs. Cependant, il manque quelques essais pour parachever la domination des Isérois. La bande à Nadau se crée deux grosses occasions (20ième, 23ième) qui, hélas, échouent à quelques mètres de l’en-but. La grande satisfaction de cette première période, c’est incontestablement, l’efficacité en défense assortie d’une très bonne discipline. La première pénalité contre Grenoble surviendra juste un peu avant la demi-heure de jeu, elle dérapera un peu dans les cinq dernières minutes avec trois pénalités de suite. Autre grande satisfaction, la conquête en mêlée fermée a récolté deux pénalités pour aucune sifflée contre celle de Grenoble. En revanche, la touche dauphinoise a perdu deux ballons dont une bonne munition (12ième) sur pénaltouche à l’entrée des 22 m. La mi-temps est sifflée sur le score de 9 à 0 en faveur de Grenoble.

Un temps faible angoissant​

DSC_3830 (Copier).JPGAu retour des vestiaires, la physionomie du match ressemble à celle de la fin de la première période. Grenoble en profite pour accentuer son avance et ajoute trois nouveaux points (53ième) : 12-0. Les managers procèdent aux premiers changements. Jean-Noël Spitzer fait entrée une nouvelle première beaucoup plus expérimentée, notamment le talonneur Cyril Blanchard, auteur de deux essais, alors qu’à Grenoble, on fait entrer la première ligne remplaçante, les finisseurs. Les mouches vont changer d’âne en mêlée fermée. Un bras cassé est sifflé sur la première mêlée, puis une pénalité sur la deuxième contre Grenoble. Forts sur les portés, les Vannetais choisissent la pénaltouche et ne prennent toujours pas les points au pied (56ième). Malgré un maul vannetais dévastateur, la défense grenobloise arrive à se coucher sous le porteur du ballon. Pas essai renvoi d’en-but. Mais sur le renvoi, les Morbihannais déploient un très bon lancement de jeu qui prend de vitesse la défense grenobloise, qui n’a plus qu’un seul homme en bout de ligne. Le troisième ligne de Vannes, Pedemonte, parfaitement lancé casse le plaquage sur le dernier défenseur grenoblois et s’écroule derrière la ligne ! Coup de froid sur le stade des Alpes. Malheureusement, ce ne sera pas le dernier. Dix minutes plus tard, nouvelle pénalité en mêlée fermée contre Grenoble. Fidèle à la stratégie de privilégier la pénaltouche aux tentatives de pénalité, les Vannetais tapent en touche. Le porté, toujours aussi bien conduit, s’enfonce dans la zone des 5m et s’approche irrémédiablement de l’en-but, le pilier droit isérois écroule le maul. Essai de pénalité et jaune pour le pilier (66ième ) : 15-12 !

Défense héroïque​

DSC_3800 (Copier).JPGMenant deux essais à zéro et à trois points au score, les hommes de Jean-Noël Spitzer, en supériorité numérique, peuvent aller chercher une victoire bonifiée dans le dernier quart d’heure. Les hommes d’Aubin Hueber en ont bien conscience. La défense iséroise s’emploie comme des damnés pour préserver leur ligne. Julien Farnoux assure un joli coup de pied et trouve un super 50-22 salué par les joueurs du banc de touche. Malheureusement la lancer en touche ne trouve pas le preneur ! (Troisième touche perdue). On s’agace sur le terrain, Éric Escande râle auprès de l’arbitre. Nouvelle pénalité. Nouvelle pénaltouche. Nouveau porté. La défense grenobloise met le rideau de fer. Pénalité contre Vannes (72ième). Le stress est à son comble d’autant plus que les Grenoblois commettent faute sur faute. Les Vannetais ne choisissent toujours pas de prendre les points au pied. Ils échouent sur chaque pénaltouche. Les Grenoblois mettent les ingrédients demandés par Aubin en défense avec le cœur, leurs tripes. Rien ne passera ! La défense iséroise, qui avait cédé facilement dans d’autres matchs (à Dax, à Brive, à Béziers, contre Valence), défend son territoire de façon héroïque. Victoire 15-12 contre le leader au bout d’une fin de match à suspense. Les Grenoblois ont mis les bons ingrédients dans cette victoire même si tout n’a pas fonctionné à la perfection (déchet en touche, en mêlée, de l’indiscipline). L’essentiel est là. La victoire s’est construite sur une grosse implication en défense, sur des bons choix. Et de trois sur trois pour les coéquipiers de Steeve Blanc-Mappaz qui enchaînent une troisième victoire consécutive. Désormais, Grenoble se retrouve à trois points du Top 6. Prochain match à Rouen, chez la lanterne rouge, qui fera tout pour s’imposer. Mais Grenoble a besoin de points et devra aussi s’imposer !

Les statistiques de la première mi-temps :
  • Mêlée (Intro Grenoble) : 3, deux pénalités contre Vannes et une contre Grenoble.
  • Mêlée (Intro Vannes) : 3, aucune pénalité contre Grenoble
  • Touche (Grenoble) : 7, deux ballons perdus
  • Touche (Vannes) :9, 2 ballons volés par Grenoble
  • Pénalité : 4 contre Grenoble, 9 contre Vannes et un jaune
Les statistiques de la deuxième mi-temps :
  • Mêlée (Intro Grenoble) : 3, un bras cassé contre Grenoble et contre Vannes.
  • Mêlée (Intro Vannes) : 2, deux pénalités contre Grenoble
  • Touche (Grenoble) : 3, dont deux ballons perdus.
  • Touche (Vannes) : 9, dont une perte de balle
  • Pénalité : 7 contre Grenoble et un carton jaune ; 4 contre Vannes
Photos : Karine Valentin
 
Dernière édition par un modérateur:
Merci pour ce nouveau beau debrief. Une victoire qui va faire du bien dans les têtes. Le FCG a su tenir la dragée haute au leader et notamment en défense. Je sens à distance que les joueurs prennent de la confiance et que les progrès sont notables. Une belle victoire à Rouen pour se donner encore plus de confiance face à Nevers. Est-ce que la roue est train de tourner ?
 
Salut JLM26, oui, j'espère que la roue est en train de tourner. Je serais tenter de dire que la méthode Hueber est en train de prendre forme, que la confiance est retrouvée au sein de l'équipe. Il est clair qu'un très bon coup à Rouen serait une superbe opération. Les joueurs savent quels sont les ingrédients, ils doivent mettre pour remporter des matchs.
 
Nous revivons presque le début de nos 2 dernières saisons : des difficultés à mettre en place le jeu et une montée crescendo.
À la différence que pour les coachs de cette année, la mayonnaise prend en 4-5 mois.

Attention, une mayonnaise ça se loupe et ça peut retomber.
Les 3 prochains matchs nous dirons si la recette est la bonne. Il faudra donc mettre les bons ingrédients.
Disons que si on ne veut pas que ça tourne au vinaigre, il faudra huiler notre jeu et prendre des risques car on fait pas d'omelette sans casser des œufs.
Si on ne veut pas que la moutarde nous monte au nez, les joueurs devront saler leurs placages. 😉
 
Entièrement de ton avis El Présidente pour la montée en régime de la mayonnaise " à la mode dauphinoise". Il faut toujours augmenter le curseur de l'exigence pour gagner des matchs.
 
Finalement le rugby c'est simple, il s'agit juste d'avoir un bon livre de recette de cuisine. ;)
 
oui JML26 , d'avoir le bon livre de cuisine et de faire les recettes avec un groupe de 50 joueurs de rugby venant de tous les horizons. :cool:
 
Retour
Haut