Le nombre de vues est limité pour les visiteurs

Debrief 23/24 FCG / Brive : le débrief

El_Presidente

Modérateur
Team Raffut
Inscrit
25 Mars 2021
Messages
2 438
Score de réaction
2 103
Localité
Grenoble
Grenoble stoppe la spirale négative

Quelques heures avant le coup d’envoi, une rumeur concernant une relation tendue entre le manager grenoblois Aubin Hueber et une partie au moins de joueurs circulait dans le microcosme du rugby grenoblois.

Une rumeur qui n’en était plus une lorsque le président Goffi, invité sur France Bleu Isère juste avant la rencontre face à Brive, annonçait que le manager sportif, Aubin Hueber serait désormais directeur sportif. « C’est vrai qu’il y a de la tension entre une partie des joueurs et Aubin Hueber mais parce qu’il a dû faire comme moi. Gérer l’ensemble du personnel et prendre des mesures. Quand on prend des mesures, ça créé des tensions. Aubin travaille avec moi sur beaucoup d’aspects pour la structure du club au niveau sportif et les joueurs. Puisqu’ils s’entendent mieux avec Nicolas Nadau et Patrick Pezery, il y aura une fin de saison avec une intervention beaucoup plus importante de ces deux entraîneurs ». Un changement donc dans l’organisation du staff et des questions qui se posaient avant la rencontre : comment allaient réagir les joueurs sur le terrain ? après 3 défaites consécutives et avec des carences importantes affichées, les grenoblois ne pouvaient pas passer à côté sous peine de voir la fin de saison partir en eau de boudin.

Le capitaine Blanc-Mappaz annoncé sur le départ en fin de saison, un changement au sein du staff, une semaine tendue, n’en jetez plus, ah si, le forfait de dernière minute de Régis Montagne et la rencontre face à des brivistes plutôt en forme ces derniers temps, pouvait débuter devant quelques 7000 spectateurs.

C’est Vincent Vial qui remplaçait Régis Montagne. Occasion pour le pilier international suisse de fêter sa 1ère titularisation depuis son arrivée l’an passé sur les bords de l’Isère. C’est lui qui lançait la 1ère charge de la partie dés la réception du coup d’envoi par Wilfried Hulleu. Vite pénalisés, les brivistes se retrouvaient dans leur camp. Pénalités qui allaient s’enchainer contre les coujoux et les grenoblois qui se rapprochaient de la ligne, finissaient par jouer ces pénalités à la main. Le solide 2ème ligne géorgien Javakhia était lancé une 1ère fois mais il était stoppé sur la ligne. Qu’à cela ne tienne, après une séquence de pilonnage de la défense briviste par les avants grenoblois, ce même Javakhia passait en force pour inscrire le 1er essai de la soirée. Bien transformé par Trouilloud, le FCG menait 7 à 0 après 5 minutes de jeu. Bien en jambes, les isérois continuaient presser les brivistes qui se mettaient toujours à la faute. Davide Beun, ne pouvait que sortir un carton jaune à l’encontre de l’ouvreur Garden-Bachop sanctionné pour fautes répétées (10ème). Le FCG avait l’occasion de faire le break mais ils étaient bien contrés en touche sur la penaltouche suivant le carton jaune. Le FCG ne voulait pas lâcher l’affaire et Brive subissait de nouveau. A focre de pénalités concédées, les joueurs de Pierre-Henri Broncan allait finir par encaisser 3 points après une pénalité réussie par Romain Trouilloud. 10 à 0 après 18 minutes, le FCG faisait une belle entame. Malgré de belles phases de jeu et beaucoup d’abnégation grâce, notamment à Thomas Lainault et José Madeira (de retour après une longue blessure et titulaire en 3ème ligne), le FCG ne pouvait accentuer son avance au score. C’est même Brive qui allait revenir au tableau de marque grâce à Garden-Bachop de retour de son carton, qui validait une pénalité accordée par David Beun (10-3 25ème). Les brivistes sortaient de leur torpeur de début de match et étaient plus disciplinés. Prenant confiance, les corréziens, se montraient dangereux et finissaient par trouver la faille, après une échappée de Ratuva plein axe dans les 22 grenoblois, le jeu rebondissait vers RAHBONI WARREN-VOSAYACO et le numéro 8 briviste marquait l’essai. Si Garden-Bachop trouvait le poteau sur la transformation, les brivistes revenaient tout de même à 10 à 8 (30ème). Le FCG voulait vite éteindre ce regain de forme de Brive. Vincent Vial, très actif, perçait la ligne aux 50 mètres et faisait avancer son équipe, trop fougeux, le pilier voulait jouer dans la continuité et sa passe était interceptée par ses adversaires. Sur l’interception, Brive trouvait un joli 50-22 grâce à Jonhson. Sur la touche, Brive, grâce à groupé pénétrant permettait à Issam Hamel d’inscrire le 2ème essai de la soirée pour les corréziens. Garden-Bachop ajoutait 2 points et Brive prenait les commandes pour la 1ère fois de la soirée (10-15 34ème).

Récupérant une pénalité sur la remise en jeu, Romain Trouilloud, solide face aux perches ramenait Grenoble à 2 longueurs (13-15 37ème). Grenoble voulait terminer cette 1ère mi-temps comme il l’avait commencé : avec force, fougue et envie. Après un ballon porté aux 30 mètres, Trouilloud puis Sarragallet déchiraient la ligne briviste, le jeu était puissant et les passes dans le bon tempo faisait vaciller la défense de Brive. Parvenus à 5 mètres de la ligne, Geoffray Cros en filou et tel un talonneur malin, plongeait dans l’en-but au nez et la barbe des défenseurs adverses. Celui qu’une rumeur annonçait du côté de… Brive la saison prochaine et qu’il avait lui-même démenti dans la presse, marquait son 6ème essai de la saison ! 20 à 15 grâce à la transformation de Trouilloud, toujours à 100% dans ses coups de pied et le FCG reprenait la tête sur la sirène.

Une 1ère mi-temps où chacune des 2 équipes aura eu son temps de domination. Un FCG, bien en jambe et volontaires et des brivistes trop indisciplinés pour espérer mieux mais restant dangereux à tout moment.

1708147155838.png


AU retour sur la pelouse, Luka Goginava prenait la place d’Elie Eglaine sur le côté gauche de la mêlée grenobloise. Le pilier géorgien n’allait pas tarder à se mettre en valeur dans le jeu courant. Toujours aussi puissant sur ses appuis, il parvenait à mettre de l’avancée dans le jeu grenoblois. Barthélémy adressait une bonne passe au pied pour Blanc-Mappaz en position d’ailier. Le capitaine grenoblois repiquait au centre du terrain en entrait dans les 22 de Brive. Barthélémy puis Farnoux vont faire avancer leur équipe jusqu’à 5 mètres de la ligne puis c’est Goginava qui allait terminer le travail en passant en force la ligne d’en-but. 3ème essai grenoblois et belle entrée de Goginava. 27 à 15 suite à la transformation de Trouilloud et Grenoble faisait le break d’entrée de seconde mi-temps. Sans doute énervé par la prestation de son équipe, Pierre-Henri Broncan vidait quasiment son banc des remplaçants : 8 changements d’un coup et ce, dès la 49ème minute !! Le coach briviste voulait marquait le coup ! Malgré cela, Brive se mettait encore à la faute et Trouilloud de loin ajoutait 3 points : 30 à 15 (52ème). Le score prenant de l’ampleur mais, rien n’était fait. Connaissant les trous dont les grenoblois sont capables dans un match, les supporters rouge et bleu donnaient de la voix pour encourager les leur. Pas suffisant car après une belle séquence briviste dans les 22 grenoblois, c’est le jeune arrière champion du monde des -de 20 ans cet été, Mathis Ferté qui marquait en coin le 3ème essai des siens. Transformé, les brivistes revenaient à 8 points seulement : 30-22 53ème .

Le doublé pour Javakhia

Il restait encore du temps pour le match décide de son vainqueur. Les grenoblois allaient, à leur tour procéder à des changements : blessé à l’épaule, Julien Farnoux laissait sa place à Fusier, replaçant Cros à l’arrière. Philips, Muarua (dont c’était le retour) et Halanukonuka remplaçaient Lainault, Martele et Vial. Très critiqué la semaine dernière, le pilier tongien avait la pression et le stade murmurait lors de son entrée. Après un 50-22 réussi par Ferté, Muarua se mettait à la faute en écroulant le maul briviste : carton jaune d’entrée pour le fidjien de Grenoble qui ne sera pas resté longtemps sur la pelouse après son entrée. Aïe ! Grenoble voyait le spectre d’un retour briviste planait au-dessus de sa tête. Brive allait en touche de nouveau et s’approchait de la ligne. Heurseument, Hulleu dans un gros effort défensif stoppait le trapu et puissant ailier Tuivuaka à seulement quelques mètres de la ligne. Récupérant le ballon, les grenoblois pouvait se dégager. Ils allaient même récupérer une pénalité suite à un placage haut sur Eric Escande. Simple pénalité alors que le numéro 9 grenoblois était contraint de sortir sur l’action. Barnabé Couilloud faisant son apparition pour suppléer un bon Escande ce jeudi soir. Grenoble allait alors jouer intelligemment en occupant le terrain et en ne prenant pas de gros risque. Toutefois, les isérois décidaient d’aller en touche suite à une énième faute de Brive. Madeira bien trouvé par Lilian Rossi qui était entré en jeu, pouvait amorcer un bon ballon porté dynamique. Le 8 de devant grenoblois mettait à mal ses homologues et après un relai de SBM, c’est Georgi Javakhia qui plantait son 2ème essai personnel de la soirée. Avec rage, le géorgien célébrait son doublé face au public !! Trouilloud toujours impeccable face aux perches donnait 2 points de plus au FCG. 37 à 22 à la 67ème minute, les grenoblois venaient de faire mal aux brivistes qui y croyaient encore jusque-là. Max Clément pouvait son entrée à la place de Hepetema faisant glisser Barthélémy au centre. Grenoble se montrait toujours aussi solide et même en mêlée ! oui, avec Goginava et Halanokuna en piliers, la mêlée grenobloise tenait le choque. Mieux même, elle allait mettre à la faute la mêlée briviste !! Faisant taire leurs détracteurs, les 2 piliers grenoblois se mettaient au diapason de tous leurs coéquipiers. D’ailleurs, Trouilloud ajoutait 3 points sur l’action faisant atteindre la barre des 40 points à son équipe. 40 à 22 à 7 minutes de la fin.

1708147236809.png


Les spectateurs du stade des Alpes commençaient à célébrer la victoire des leurs mais il était dit que cette rencontre n’allait pas s’arrêter là, du moins au tableau d’affichage. Affichant une volonté de ne pas lâcher, Brive jouait toutes ses pénalités à la main. Après 2 d’entre elles, les corréziens finiret par s’approcher de ligne grenobloise permettant à Fraissenon de marquer le 4ème essai des visiteurs (77ème).

4 essais partout, un score de 40 à 29 après la transformation réussie par Garden-Bachop et quasiment 70 points inscrits par les 2 équipes ! un festival offensif qui allait s’arrêter là. Victoire convaincante pour un FCG qui aura vécu une semaine tumultueuse et pour des joueurs qui avaient la pression. En effet, après la rencontre, certains diront qu’avec la demande de mise à l’écart d’Aubin Hueber, il leur fallait prouver sur le terrain que cette fronde pouvait apporter au risque de passer pour des « charlots ». La volonté, la solidarité de tous leur ont donné raison et c’est tant mieux.

Les grenoblois sont toujours 10ème mais désormais à 4 points de la 6ème place et 1 point devant Agen, leur prochain adversaire. Un déplacement qui sera délicat comme toujours contre les agenais. Rendez-vous vendredi prochain !



Les + :

- les grenoblois ont su prendre la rencontre par le bon bout en marquant tôt. Même si ils ont eu un petit trou d’air encaissant tout de même 15 points en 1ère mi-temps, la solidarité du groupe leur a permis de battre une vaillante équipe de Brive

- on les a cités : Vial, Goginava et HK ont tenu leur rang. Souvent critiqués et à juste titre, surtout pour les 2 derniers, ces 3 là ont réalisé un bon match. Bravo. Mais ils ne sont pas les seuls à avoir répondu aux critiques : Escande, Barthélémy, Martel se sont mis au diapason et ont hissé leur niveau de jeu. Quant tout le monde est à son niveau, le FCG est une belle équipe difficile à battre

- bon retour aussi de Madeira après sa longue absence. En 3ème ligne, le portugais a été de toutes les charges, tout comme son camarade Javakhia fer de lance de la puissance grenobloise et auteur de 2 jolis essais.



Les - :

- l’incapacité des grenoblois a enfoncé le clou en début de match quand après avoir marqué le 1er essai, ils se sont retrouvés en supériorité numérique et n’ont pas su en profiter

- encore de l’inconstance dans la performance tout au long d’un match : 15 à 0 pour les brivistes en 20 minutes au milieu de la 1ère mi-temps. Sans conséquence cette fois

- le carton de Pio Muarua : 2 minutes a peine après son entrée, le fidjien est ressorti pour 10 minutes. On connait la fougue du numéro 8 grenoblois. Il doit se maitriser dans la discipline.
 
Dernière édition:
Clair net et précis, j'ajouterais en + le petit Hulleu qui de match en match s'affirme comme un futur grand .c'est quand même une saison compliquée entre un dépôt de bilan qui aurait pu voir disparaitre le FCG ,les points retirés et maintenant le conflit avec Hueber, les joueurs dans leur ensemble qui sont là vitrine du club font face avec courage et à posteriori on peut mieux comprendre les dernières contre performance et l'envie pour beaucoup de quitter le Titanic.
 
Clair net et précis, j'ajouterais en + le petit Hulleu qui de match en match s'affirme comme un futur grand .c'est quand même une saison compliquée entre un dépôt de bilan qui aurait pu voir disparaitre le FCG ,les points retirés et maintenant le conflit avec Hueber, les joueurs dans leur ensemble qui sont là vitrine du club font face avec courage et à posteriori on peut mieux comprendre les dernières contre performance et l'envie pour beaucoup de quitter le Titanic.
d"accord pour Hulleu et j'ajouterai Romain Trouilloud qui fait un très bon match dans le jeu et dans ses coups de pieds
 
La stabilité financière ne doit empêcher le FCG d'avoir de l'ambition. Ces 3 ou 4 dernières années sont vraiment très compliquées et malgré cela ils savent encore se remobiliser. Respect à eux. Je ne vais pas polémiquer sur les départs mais il est vrai que le départ de SBM est un crève coeur. Si son envie est de rejoindre une écurie du TOP 14 il doit partir avec tous les honneurs. On va atteindre cette fin de mois pour connaitre le nom des partants et sur les recrues. Un grand à tous pour ce eau résultat. Ce groupe est décidemment surprenant à plus d'un titre. (De Champion de France ;)).
 
Je viens de revoir le match : c'était un beau match face à une belle équipe !

Je reviendrai pas sur l'envie et le caractères de nos joueurs qu'ils ont prouvé une fois de plus.

Seul bémol, j'ai trouvé, la touche. On a perdu beaucoup de lancer, mais il faut aussi prendre en compte que nous avions face à nous la meilleure équipe de la prod2 dans ce secteur.

Comme d'autres l'ont souligné, j'espère que l'équipe va gagner en régularité. Après le match face à Provence, on etait dans le même état d'esprit : on pensait que l'équipe avait franchi un cap et malheureusement un mois plus tard, l'euphorie était passée.

On sait tous maintenant qu'il y avait des problèmes en interne, ceux-ci semblent réglés ou en tous cas, on a pas laissé pourrir la situation. Maintenant, il faut se concentrer sur la fin de saison qui approche à grand pas. Plus que 10 matchs, autant dire que ça va passer vite. Chaque match va compter et chaque point grapillé aura son importance. Le classement est très serré et quasiment toutes les équipes peuvent prétendre au top6 aujourd'hui.
 
Dernière édition:
Bonjour les ami(e)s, voici mon débrief avec du retard




Avec le cœur et les tripes !



Quelle semaine, encore, avec le club du FCG ! Une crise en interne avec un coup de gueule des joueurs envers leur manager, à qui, il a été demandé de ne plus s’occuper du terrain et de la composition de l’équipe. Comme la rapporté Nicolas Zanardi dans rugbyrama : « Au bout d’un vote, les joueurs alpins ont missionné leur capitaine Steeve Blanc-Mappaz pour aller à la rencontre du président Patrick Goffi, et lui expliquer leurs revendications. Lesquelles se sont avérées limpides. S’ils demeuraient enclins à s’entraîner pour préparer le plus correctement possible la réception de Brive ce jeudi, les joueurs isérois ont clairement menacé de ne plus se rendre à l’entraînement à partir du lendemain de la rencontre, en cas de statu quo au niveau de leur encadrement… » Ainsi, le président du club, Patrick Goffi, a été alerté pour faire retomber les tensions entre les joueurs et Aubin Hueber. Interrogé sur ladite mi-révolte, à la fois par les journalistes de France Bleu Isère et de Canal+ avant le match contre Brive, le président a expliqué sans langue de bois la décision prise en interne d’un commun d’accord entre les deux parties. Désormais, ce sont les deux entraîneurs, Nicolas Nadau et Patrick Pézeri, qui assureront la partie sportive de l’équipe professionnelle, à la demande des joueurs. Aubin Hueber prend du recul et occupera la fonction de directeur sportif du club. Au vu de la prestation des joueurs contre Brive, notamment en termes d’énergie et d’engagement, on peut se demander si cette décision n’a pas pousser les joueurs à montrer à tous que cette crise n’était pas un caprice d’enfants gâtés, mais au contraire, de montrer qu’ils pouvaient sortir la tête haute de ce conflit. L’état d’esprit du groupe et le cœur ont incontestablement parlé ce jeudi soir sur la pelouse du Stade des Alpes. Ce qui sous-entendait, à mon humble avis, les propos de Romain Trouilloud recueillis par Nicolas Zanardi après la rencontre : « Quand on demande des choses, il faut les assumer derrière. Je pense qu’on a répondu comme des hommes ce soir. »

Maintenant que le sportif a repris ces droits après une prestation de haut vol contre le favori à la remontée, il faut espérer que ce ne sera pas un feu de paille sans lendemain. Mais quel match de dingue ! Une profusion d’essais, quatre de chaque côté, du suspense, des séquences de plusieurs minutes de temps de jeu de qualité, très peu de déchets techniques des deux côtés. Un rugby produit avec beaucoup de rythme. On a retrouvé le Grenoble du match contre un autre cador, Aix-Provence du début de l’année 2024, à la différence près, et non des moindres, que Brive a beaucoup plus bataillé pour venir faire un coup en Isère que les Provençaux.


Une débauche d’énergie et d’agressivité dès l’entame

Dès le coup d’envoi sifflé, les Grenoblois se lancent dans la bataille des rucks comme des meurt-de faim. Un premier jeu au sol et premier ballon gratté poussant les Brivistes à la faute. Première pénaltouche bien jouée. De nouveau les Brivistes à la faute qui commencent à tirer la langue. Deuxième pénaltouche parfaitement orchestrée, deuxième salve d’attaque et troisième pénalité sifflée contre les hommes de Pierre-Henry Broncan, qui semble déjà bien dépité de la prestation pathétique de ses joueurs. Le banc grenoblois indique les trois points. Pas question de s’arrêter en si bon chemin. Cette fois-ci, les hommes de Patrick Pézeri jouent la pénalité à la main. Ce sera un pilonnage sans relâche de la ligne pendant une grosse séquence qui débouche sur le premier essai grenoblois marqué tout en puissance par le deuxième ligne Giorgi Javakhia. (7-0, 6ième). Durant le premier quart d’heure, les Grenoblois déploient une énergie sans ménagement qui fait plaisir à voir, qui met les Corréziens sur le reculoir et les pousse à la faute : sept pénalités et un carton jaune. Une seule équipe règne en maître sur le terrain, (10-0, 16ième). Les Brivistes sauvent leur peau à trois repries en contrant la touche grenobloise (10, 11, 19ième), ce qui, je pense, leur à éviter de prendre au minimum, un essai supplémentaire. Le ballon volé (10ième) était le ballon du deuxième essai. Sur chaque possession iséroise proche des lignes, les avants Rouge et Bleu gagnaient les collisions, avançaient inlassablement vers l’en-but. Interrogé sur le bord de touche par les journalistes de Canal+, Nicolas Nadau appréciait avec un large sourire l’énergie déployée par ses joueurs. Il savait, cependant que cela ne pourrait pas durer pendant quatre-vingts minutes.

La réaction briviste sans ménagement

Passé la furie grenobloise, les hommes de Pierre-Henry Broncan vont enfin montrer leur vrai visage, profitant de trois fautes grenobloises : une première faute en mêlée fermée (trois points), deux pertes de balle qui permettent aux Brivistes de porter le danger dans la zone de marque. Ces deux opportunités sont conclues par un essai à chaque fois. Quel réalisme ! Ainsi les Coujoux infligent un quinze zéro en dix minutes (22ième à 31ième) et prennent l’avantage : 10-15 ! L’inquiétude qui se lie sur le visage de Nicolas Nadau tranche avec le ravissement du début de la rencontre. Cependant, ce trou d’air ne va durer. Ses joueurs reprennent rapidement le dessus et retrouvent leur second souffle. Ils reprennent les commandes du match, réinvestissement le camp des Noir et Blanc. Toujours aussi peu disciplinés, l’arbitre siffle deux nouvelles pénalités (35ième, 13-15, 38ième). Grenoble pilonne la ligne à 5m de l’en-but. Toute l’équipe s’emploie dans ce combat de corps à corps avec beaucoup d’énergie. Dans un nième ruck, Geoffrey Cros, qui n’est pourtant pas un joueur du pack, se mêle à la bagarre. Calé derrière ses coéquipiers qui s’échinent à conserver le ballon au sol, Geoffrey se faufile ballon en main dans un petit espace et s’écroule dans l’en-but prenant par surprise la défense briviste ! (20-15, 38ième). Fin de la première mi-temps. Mais quel enthousiasme de la part des Grenoblois qui font corps sans se désunir.



Bis repetita eu deuxième période

Rassurés par leur fin du premier acte toujours aussi rythmé, les hommes de Nicolas Nadau occupent de nouveau le camp briviste avec la ferme intention de poursuivre la cadence avec la même agressivité. Ils sont très vite récompensés de leurs efforts moins de dix minutes après le retour des vestiaires. A la suite d’une touche parfaitement jouée (46ième), les isérois déploient un mouvement de grande envergure avec de nombreux temps de jeu (sans perte faire d’en-avant !). Pendant quasiment deux minutes de possession et d’acharnement dans la zone de marque, Luka Goginava arrive à déposer le ballon sur la ligne ! (27 – 15, 47ième) Puis, Romain Trouilloud, auteur d’un 100% au pied, ajoute trois nouveaux points. Grisés, sans doute par ce 30-15 à la cinquantième, les Grenoblois se relâchent. Pio Muarua, à peine rentré, est prié d’aller retrouver le banc pendant dix minutes. Double sentence immédiate, Brive marque un nouvel essai et revient à huit longueurs (30-22, 53ième). Retour à quelques minutes de stress sur le bord de touche du staff grenoblois en raison de la mainmise des Corréziens sur la rencontre. Néanmoins, les Dauphinois défendent leur avantage avec la même énergie qu’en attaquant. Passés la période de flottement sans encaisser de nouveaux points, les coéquipiers de Steeve Blanc-Mappaz reprennent les devants et inscrivent un nouvel essai par Giogi Javakhia qui signe un doublé (37-22, 66ième). Une sacré bonne pioche, ce joueur. Puis, 40-22, avec trois points glanés en mêlée fermée, alors que le huit de devant avait été mis quelque peu en difficulté depuis le début du match (deux fois pénalisées). Dix-huit points d’avance à moins d’un quart de terme, le match est plié. Victime d’un deuxième relâchement, les Grenoblois encaissent un nouvel essai à trois minutes du coup de sifflet final : 40-29, 77ième. Le score en restera là. Huit essais dans un match complétement fou et de très haute intensité. Magnifique victoire de Grenoble aux dépens de Brive, qui n’a pu résister à la révolte des hommes du duo d’entraîneurs Nadau-Pézeri, seuls, maintenant à la tête de l’équipe première du FCG. Les joueurs ont pris le pouvoir du vestiaire mettant sur la touche leur manager. Nicolas Nadau et Patrick Pézeri sont désormais aux commandes d’un groupe qui a su se transcender dans un moment difficile en y mettant tout leur cœur et leurs tripes pour montrer à tous qu’ils veulent se battre et qu’ils ont encore leur mot à dire dans ce championnat de ProD2 dans le quel la bataille pour les places qualificatives est acharnée.

Dixième à quatre longueurs du sixième, Grenoble a montré de réelles capacités à aller chercher le Top 6. Place à la prochaine échéance à Agen, équipe qui a failli créer l’exploit à Nevers ! Tout sauf un déplacement de tout repos. Est-ce que les Grenoblois auront la capacité de rééditer un match aussi rythmé avec autant d’énergie dans le Lot-et-Garonne ?

Les statistiques de la première mi-temps :

Mêlée (Intro Grenoble) : 1.

Mêlée (Intro Brive) : 2, une pénalité contre Grenoble.

Touche (Grenoble) : 10, trois ballons perdus.

Touche (Brive) :5, aucune touche perdue.

Pénalité : 1 seule contre Grenoble et 10 contre Brive et un carton jaune.



Les statistiques de la deuxième mi-temps :

Mêlée (Intro Grenoble) : 3. Une pénalité de chaque côté

Mêlée (Intro Brive) : 1.une pénalité contre Grenoble

Touche (Grenoble) : 8 un ballon perdu

Touche (Brive) :10, deux ballons volés, un ballon perdu

Pénalité : 8 contre Grenoble, un carton jaune et 4 contre Brive.
 
Merci également pour ce beau débrief. Dommage, je n'ai pas pu me rendre au SDA. Si le FCG pouvait continuer de rêver et nous de nous enthousiasmer.
 
Retour
Haut