• Bienvenue sur le forum du Raffut-Alpin : inscrivez-vous pour pouvoir intéragir avec les autres supporters, créer vos discussions, poser vos questions et ne plus voir les publicités présentes sur le site.

Debrief 22/23 le debrief du match contre Vannes

Debrief

Fred Fcg

Champion
Expert du Raffut
Inscrit
8 Novembre 2022
Messages
176
Score de réaction
319

FB_IMG_1683456168873.jpg
Le FCG en demie !


C’est fait ! Grenoble jouera une demi-finale de Pro D2 au Stade des Alpes dans quinze jours. Quand on remonte le film de la saison, c’était loin d’être fait, notamment au regard des premiers matchs de la phase aller. Mais passé le cap des fêtes de fin d’année, la phase retour était d’une toute autre nature, récompensant, enfin, les fruits du travail accompli depuis de longs mois, comme Fabien Gengenbacher, l’a révélé, auprès de Nicolas Zanardi, pour le compte du Midi Olympique : « Je suis fier du travail accompli. »

Deux heures avant la rencontre, le public, chaud bouillant, massé aux abords du Stade des Alpes avait accueilli l’arrivée des joueurs pour une haie d’honneur, qui, à n’en point douter, a galvanisé les troupes. En tribune, au moment du coup d’envoi, c’est plus de 15 000 personnes qui s’époumonent en scandant des « Ici Grenoble » à ne plus pouvoir s’entendre. Cependant, malgré l’effet du seizième homme, les Grenoblois démarrent le premier quart d’heure avec beaucoup de fébrilité, incapables de sortir de leur camp. Les Vannetais exercent une très grosse pression, multiplient les temps de jeu, poussent les Isérois à la faute : en mêlée, en touche. La défense des Grenoblois plie mais ne rompt pas. Une seule pénalité marquée par les Bretons (0-3, 13e).

345170272_753847496413239_3803623774975474018_n.jpgPassé ce temps faible, les hommes de Nicolas Nadau envahissent pour la première fois le camp vannetais, progressent ballon en main, obtiennent une première pénalité. Julien Farnoux sent le bon coup, joue vite la pénalité à la main, transmet à Lucas Dupont qui s’enfonce dans la défense adverse. Lucas redonne à son demi de mêlée lancé, qui finit dans l’en-but. Cet essai, libérateur, a pour effet de sortir les Grenoblois de l’emprise de la pression du résultat. (7-3, 19e) Dorénavant, la possession devient grenobloise. De plus, la défense des Rouge et Bleu est intraitable, remporte une première fois la bataille des rucks avec un bon contest de José Madeira. Thomas Fortunel tente la pénalité, le ballon part bien, mais tape un poteau. Ses coéquipiers ont bien suivi, récupère le ballon, le pilier gauche Luka Goginava s’en empare, charge le rideau défensif, rebondit, casse trois à quatre plaquages et s’écroule dans l’en-but avec trois joueurs sur le dos ! (14-3, 28e). La sortie de camp est parfaite. Les Grenoblois, totalement décomplexés par cet avantage confortable, sont en pleine confiance. Sur un très bon lancer en touche, l’attaque iséroise développe un beau mouvement, multiplie les temps de jeu. Le talonneur, Mathis Sarragallet, franchit, s’approche à 5 m de la ligne. Le jeu rebondit sur l’aile. Lucas Dupont d’une passe acrobatique, quasi à l’aveugle, transmet à Karim Qadiri, qui dépose d’une main le ballon derrière la ligne, malgré deux joueurs qui le plaquent ! Treizième essai de l’ailier grenoblois de la saison. (21-3, 33e). Les Grenoblois ont pris pleinement le match à leur compte, malgré quelques fautes en mêlée. La défense est propre, agressive, mais sans excès, et repousse dans les derniers instants de la première mi-temps les dernières velléités bretonnes. Les joueurs regagnent les vestiaires sur un score sans appel en faveur des Grenoblois, qui semblent, déjà avoir tué le match : 21- 3 avec en prime un potentiel bonus offensif. C’était totalement inespéré avant la rencontre. Les Vannetais n’auront existé que pendant le premier quart d’heure, période durant laquelle les Grenoblois auront évacué leur stress, tout en gardant leur sang-froid sans commettre l’irréparable en discipline malgré quatre pénalités en treize minutes. Ils sont restés très concentrés, très appliqués. Aucun joueur n’est sorti du plan de jeu. On a vu des combinaisons innovantes menées dans le bon timing. On a vu un jeu d’attaque plus créatif que celui des Vannetais. Une mi-temps sérieuse.

Les statistiques de la première mi-temps :
  • Mêlée : 6, une pénalité et deux bras cassés contre Grenoble.
  • Touche : 4, deux échecs, un lancer trop long et un ballon perdu dans les airs, mais récupéré au sol. Deux ballons volés par l’alignement grenoblois dans la zone de marque !
  • Pénalité : 7 contre Grenoble. 2 contre Vannes et un carton jaune,

344232791_625224215809146_258408363225100012_n.jpgComme depuis plusieurs matchs, le retour des vestiaires de la part Grenoblois est catastrophique, on pouvait légitiment craindre la réaction d’orgueil des Vannetais après le discours de leur staff. Il n’en sera rien, bien au contraire, puisque ce sont les Isérois qui poursuivent leur domination dans le camp vannetais. Cependant, la domination est stérile. Les Grenoblois enchaînent les bonnes séquences jusqu’à la zone de marque sans pouvoir franchir le rideau breton qui s’est beaucoup resserré. Ainsi pendant, treize minutes du siège du camp des Vannetais, une seule pénalité est marquée, qui porte le score à 24-3. La demi-finale se rapproche de plus en plus pour Grenoble. Jean-Noël Spitzer, vide le banc, fait rentrer ses joueurs cadres, ce qui rebooste son équipe, qui marque un premier essai : 24-10 (60e). Sérieux coup de froid en tribune. Sans paniquer, les Grenoblois reviennent dans la partie. Sur un ballon volé au sol, les isérois lancent une contre-attaque, Lucas Dupont s’échappe sur son aile, mais oublie une remise intérieure avec deux joueurs tout seuls. Quelques minutes plus tard, une bonne séquence grenobloise échoue, mais récupère une pénalité transformée par Romain Trouilloud (27-10, 71e). Les Vannetais doivent marquer trois fois pour repasser devant en moins de dix minutes. Les secondes s’égrènent, les Grenoblois résistent en défense tout en gardant de la maîtrise. Au moment où le public chante « on est en demie, on est en demie », l’ailier Nathanaël Hulleu, ex-grenoblois, file le long de la touche et aplatit son seizième essai de la saison : 27-17 (77e). Sur le renvoi, les Grenoblois tentent de rester dans le camp des Bretons, mais n’y arrivent pas. Les Vannetais, totalement revigorés tentent le tout pour le tout. La sirène retentit. Plus rien ne peut empêcher les Grenoblois d’aller en demie. Sur le bord de touche, le staff est tout sourire, même si les Vannetais concluent le match par un troisième essai, seulement pour l’honneur. Score final : 27-24. Grenoble remporte son bras de fer contre les Vannetais qui terminent en trombe la partie, profitant, néanmoins d’un regrettable relâchement des Isérois, pour qui la victoire ne pouvait plus leur échapper dans les derniers instants. Objectif atteint par les coéquipiers du capitaine Steeve Blanc-Mappaz qui retrouveront le 20 mai le Stade des Alpes pour une demi-finale qui s’annonce comme un sommet du sport grenoblois dans la capitale des Alpes. Les Grenoblois recevront soit les Agenais, soit les Montois.

Les statistiques de la deuxième mi-temps :
  • Mêlée : 6 un bras cassé de chaque côté et une pénalité contre Vannes.
  • Touche : 7 un échec, un lancer pas droit.
  • Pénalité : 5 contre Grenoble et 4 contre Vannes.
Photos : Karine Valentin
 
On en salive d'avance d'y être dans 15 jours au Stade des Alpes !
 
Retour
Haut