• Bienvenue sur le forum du Raffut-Alpin : inscrivez-vous pour pouvoir intéragir avec les autres supporters, créer vos discussions, poser vos questions et ne plus voir les publicités présentes sur le site.

Debrief 23/24 SAXV / FCG : le débrief

20231118_094241.jpg

Une première bienvenue

Une semaine agitée du côté du FC Grenoble rugby. Entre le décès de leur ancien manager Gilles Cassagne, la sanction financière prononcée par la LNR après les propos du Président Goffi et l’annonce du départ probable de Karim Qadiri, cela faisait beaucoup d’évènements pas franchement idéaux pour préparer une rencontre que l’on peut qualifier de charnière.

Charnière parce qu’avant cette rencontre, le FCG était englué dans les bas-fonds du classement et était toujours en quête d’une victoire à l’extérieure qui la fuyait depuis le début de la saison.

Et le début de match n’allait pas être franchement rassurant. Maladroits, indisciplinés, les grenoblois n’avaient pas la tête d’une équipe qui allait repartir de la pelouse de Chanzy avec une victoire. Le SA XV, hôtes du soir, auréolés de leur victoire sur la pelouse de Brive la semaine dernière et qui avait mis fin à l’aventure de Patrice Collazo à la tête du CAB, avait l’intention de confirmer face à des grenoblois peu fringants à l’extérieur cette saison.

Intentions confirmées donc pour les angoumoisins bien aidés par les erreurs grenobloises. Ben Botica, l’ouvreur du SAXV, se chargeait de sanctionner les fautes iséroises au tableau d’affichage. Après un quart d’heure de jeu, Soyaux-Angoulême était en tête de 9 points. Botica menant son duel avec Sam Davies, en passant 3 pénalités contre un échec de son homologue gallois. Pourtant, ce sont les grenoblois qui vont inscrire le 1er essai du match. Après un ballon glané par l’alignement grenoblois suite à une pénaltouche, Escande va jouer petit côté, après un groupé pénétrant de ses avants, avant de servir son ailier Wilfrid Hulleu qui marque en coin, son 3ème essai de la saison. Une action joliment menée par l’ensemble des grenoblois et qui leur permet de recoller au score, malgré le 2ème échec de Davies sur la transformation. 9 à 5 et un match assez décousu avec de nombreuses fautes techniques de chaque côté. Grenoble a du mal en touche, avec encore de nombreux ballons perdus soit sur des mauvais lancés, soit en se faisant contrer par le SAXV. Des difficultés récurrentes depuis de nombreux matchs qui empêchent les grenoblois de pouvoir développer du jeu. En revanche, sur les touches défensives, le FCG parvient à tirer son épingle du jeu, à l’image du bon ballon capté par Blanc-Mappaz sur lancé adverse à 5 mètres de la ligne rouge et bleu.

En difficultés également en mêlée, suite à la sortie d’E. Eglaine victime d’une commotion et qui sera remplacé définitivement par un Luka Goginava qui sera mis à mal par ses adversaires à chaque poussée. Rien de bien folichon de part et d’autre dans cette 1ère période assez pauvre sur le plan technique. La défense grenobloise étant, en revanche, solide en ne laissant rien passer. Du mieux donc sur ce secteur. D’ailleurs, la 1ère période va se terminer sur un très bon geste défensif de Régis Montage qui va gratter un ballon chaud dans ses 22 mètres alors qu’Angoulême progressait dangereusement.

Les supporters grenoblois étaient loin de s’imaginer que leur équipe pourrait repartir de ce déplacement avec une victoire et pourtant.

La seconde période restait sur le même schéma que la 1ère, à savoir une équipe de Soyaux-Angoulême qui avait globalement la possession du ballon et des grenoblois qui défendaient bien. Suite à un placage à retardement inutile de Goginava, Ben Botica ne se faisait pas prier pour ajouter 3 points en faveur de son équipe (12-5 48ème).

Les grenoblois essayaient tant bien que mal de se porter dans les 22 adverses mais à chaque fois qu’ils y parvenaient, notamment en jouant les pénalités en touche, les lancés étaient encore mal gérés par les joueurs d’Aubin Hueber. Rageant, décevant et énervant même pour qui supporte le FCG. Javakhia, Gray et Barthélémy faisaient leur entrée et apportaient un peu d’énergie et de fougue à leur équipe. Le FCG reprenait le dessus légèrement et continuait avec abnégation à aller en touche plutôt que de tenter les pénalités. A force, cela allait finir par payer. Après un ballon bien capté (enfin) par SBM, le pack grenoblois allait mettre celui du SAXV au supplice : avançant sur quasiment 20 mètres, les grenoblois allaient s’écrouler dans l’en-but, rappelant la déferlante réussie l’an passé face à Mont de Marsan. Il avait capté le ballon et ne l’a pas lâché : SBM marquait son 5ème essai de la saison. Meilleur marqueur du club, le capitaine grenoblois est en train de prendre le titre de serial-marqueur à son compère Qadiri. Transformé par Davies, cet essai donnait l’égalité parfaite au planchot : 12-12 (60ème).

Sam Davies reprenait du poil de la bête dans son duel face à Botica. Ce dernier loupait d’ailleurs une pénalité des 50 mètres en étant trop court sur sa tentative, mais ne loupait pas l’occasion suivante et redonnait l’avantage à son équipe 15-12 (67ème).

Victoire et bonus offensif pour le FCG !!

Davies répliquait 5 minutes plus tard et égalisait de nouveau grâce une pénalité récoltée par la mêlée grenobloise. Oui la mêlée du FCG était entrain de prendre le dessus. L’entrée d’Aptsiauri, celle de Gray et le retour de Montagne, agrémentée de la puissance de Javakhia faisait la différence. Les grenoblois prenaient confiance et dominaient leurs adversaires. Même en touche cela allait mieux : Philips attirait les ballons ! Cette domination offrait la possibilité à Davies de faire passer son équipe devant au score. Le gallois ne s’en privait pas à 8 minutes du terme en ajoutant 3 points d'un joli drop comme on en voit peu souvent. 18 à 15 pour le FCG ! Les grenoblois étaient en passe d’obtenir ce qu’ils attendaient tant depuis 11 journées maintenant : une victoire loin de son stade des Alpes. Mais le FCG ne voulait pas s’arrêter là. Le bonus offensif leur tendait les bras. Et les grenoblois allaient tomber dans cet appel que leur faisaient les 5 points du BO. Tous les grenoblois d’ailleurs : après une nouvelle pénaltouche, le pack grenoblois allait de nouveau tout emporter sur son passage. Mathis Sarragallet faisant fructifier l’effort de ses camarades en aplatissant l’essai du bonus !! En 20 minutes, le FCG avait fait la différence. Rappelant la 1ère victoire à l’extérieur l’an passé, lorsque le FCG avait renversé les montalbanais, les isérois venaient de refaire la même sur la pelouse de Chanzy. Davies transformait et ajoutait dans la foulée 3 nouveau points. En effet, suite à une échauffourée sur l’essai du talonneur grenoblois, Monsieur Bru accordait une pénalité aux grenoblois sur les 50 mètres. A l’inverse de Botica, Sam Davies ne sera pas trop court et sur la sirène, viendra parachever la victoire grenobloise.

28 à 15 avec 3 essais marqués contre 0 encaissé et une 1ère victoire à l’extérieur.



Une victoire salvatrice et obtenue de haute lutte par le FCG. Un symbole que cette victoire qui intervient quelques jours seulement après la disparition de Gilles Cassagne.

Au-delà de cette émotion, le FCG a réussi à obtenir 5 points très précieux, les replaçant à la 12ème place au classement à seulement 3 points de la 6ème place. Attention, si victoire il y a eu, il ne faut pas oublier que pendant 60 minutes, le FCG a été en difficultés. Mais, l’esprit de rébellion, la solidarité et l’abnégation a permis aux grenoblois de vaincre à l’extérieur pour la 1ère fois cette année. Une victoire fondatrice ? un déclic ? Les isérois ont 2 semaines pour préparer le match suivant qui devra valider cette victoire. Et ce ne sera pas face à n’importe qui puisque ce sont les vannetais, leader, qui marchent sur la ProD2 qui viendront défier les grenoblois.

Il devrait y avoir du monde pour voir le FCG revenir dans la course à la phase finale en cas de victoire sur les bretons.



Les + :

- la victoire évidemment. Elle fait du bien dans les têtes et au classement

- les 20 dernières minutes : lorsque le FCG met les bons ingrédients en conquête, on s’aperçoit que leur points forts (groupés pénétrants en particulier) peuvent leur permettre de mettre à mal n’importe qui

- l’apport du banc : c’était une force l’an passé, on avait du mal à le voir cette année. Les entrées de Javakhia, Aptsiauri, Gray en particulier ont été déterminantes

- la défense : décriée à raison depuis le début de saison, hier soir les grenoblois n’ont pas encaissé d’essai pour la 1ère fois de la saison.



Les - :

- 60 minutes durant lesquelles le FCG a été très moyen. Beaucoup de fautes, des en-avant. Bref une bouillie de rugby. Peu de monde aurait parié sur l’issue de la rencontre. Il manque encore de continuité dans la qualité du jeu grenoblois. Il y a du potentiel mais on ne le voit que par intermittence

- la touche : c’est trop inégal ! 5 touches loupées dans les 22 adverses. Quand on voit ce que les grenoblois peuvent faire lorsqu’ils gagnent ces touches, c’est rageant ! Pourtant, le travail est fait à l’entrainement ! C’est frustrant autant pour les joueurs que pour nous


1700288836267.png

c'est bien Mathis Sarragallet, ici face au VRDR, qui a marqué l'essai du bonus pour le FCG

Photo : Karine Valentin
 
Dernière édition:
Enfin une victoire à l'extérieure, bonifiée, imparfaite mais au combien importante. Je n'ai pu qu'écouter les 5 dernières minutes. Merci une nouvelle fois pour le débrief. Une question qu'est-ce qui fait que FCG mouture 2023/2024 soit aussi inconstant ? J'ai bien mon idée mais je lance un appel à réflexion.
 
Je pense qu'il y a plusieurs facteurs :
- Le changement de coach. Nouveau plan de jeu, nouvelle défense qu'il faut assimiler
- les -6 points ont fait mal aux têtes et au moral
- l'été à été incertain et il faut s'en remettre
- on a touché le top14 du doigt et on s'en est éloigné trop vite
 
Merci El Presidente. On partage le même constat. J'ajoute les départs. Karim attiré par les sirènes du Top14 ou incompatibilité avec le nouveau staff ?
 
Merci El Presidente. On partage le même constat. J'ajoute les départs. Karim attiré par les sirènes du Top14 ou incompatibilité avec le nouveau staff ?
Je n'ai aucune information mais pour moi si Karim peut jouer en Top14 c'est maintenant et il a bien raison.
Je ne crois pas à l'incompatibilité avec les coachs
 
voici mon debrief les ami(es)

Les mauls du bonheur







Onzième journée et enfin une première victoire de Grenoble à l’extérieur. On la souhaitait vivement durant la semaine avant la rencontre. Le besoin urgent de points pour s’éloigner au plus vite de la zone rouge devenait une nécessité absolue pour les coéquipiers de Steeve Blanc-Mappaz. Cependant, aller les chercher chez une équipe, également mal classée, et qui vient d’aller gagner à Brive ressemble à un doux rêve voire une utopie tellement la tâche s’annonce compliquée.

Un premier quart d’heure très compliqué

Et ce n’est pas le début de match catastrophique des Grenoblois qui me fera dire le contraire. Voulant mettre du rythme à cette rencontre, les Grenoblois lancent des offensives sur chaque possession. Sur les quatre premiers lancements de jeu, les ballons ne cessent de tomber après quelques temps de jeu ! Le XV Charentais contre-attaque sur chaque turn-over. A chaque fois, Grenoble stoppe l’action par une faute. Trois pénalités consécutives dans la zone des 25 m sanctionnées, à chaque fois par des points au pied de l’artilleur angoumoisin, Ben Botica : 9 à 0 en à peine quinze minutes. Ainsi, ce quart d'heure loupé laisse augurer rien de bon en Charente pour les hommes d’Aubin Hueber. Le stress généré par l’enjeu du match ne doit pas être étranger à toutes ces fautes de main.

Un tout autre scénario

Dans ce début de match très tendu, qui laisse peu de place à un jeu alléchant, la rencontre prend une autre tournure. Cette fois-ci, les deux équipes se livrent à un combat sans merci en conquête. On assiste alors, à une série de touches et de mêlées. En mêlée, chaque pack est tour à tour sanctionné. En revanche, c’est Grenoble qui gagne la bataille de la touche. A la suite de deux lancers parfaitement joués, dont le deuxième à 10m de l’en-but des Violets, un porté grenoblois est enclenché, il se désaxe. Barnabé Massa s’en détache et file vers l’en-but. Stoppé à un mètre de la terre promise, le ballon ressort très vite du ruck. Éric Escande voit l’appel de Wilfried Hulleu, seul dans son couloir, il lui transmet immédiatement le ballon. L’ailier grenoblois franchit la ligne sans opposition ! Premier essai isérois. (9-5, 18ième). Ces cinq premiers points boostent littéralement le moral des Grenoblois qui commettent moins de fautes, tout le contraire de leur adversaire, qui commence à douter. Sur une pénaltouche à 5m de l’en-but grenoblois (26ième), les Charentais ont la possibilité de répondre à l’essai isérois en marquant leur premier essai. Mais c’était sans compter sur la clairvoyance de Steeve Blanc-Mappaz qui avait décrypté la combinaison et qui s’empare du ballon. L’alignement de Grenoble, auteur d’un sans-faute en première période remporte la bataille de cette conquête et prend le dessus sur son adversaire. Cependant, on ne peut pas dire que le niveau de jeu des deux équipes soit flamboyant en raison des nombreux ballons tombés. Les 30 acteurs regagnent les vestiaires sur un score de 9 à 5 en faveur de Soyaux-Angoulême.



Une mêlée grenobloise conquérante

Au retour des vestiaires, la physionomie du match ne va guère changer, ni la qualité du jeu produit par les deux équipes. Toujours peu ou pas de séquences avec de long temps de jeu, les en-avant sont nombreux, surtout du côté des Charentais. Comme dans la deuxième moitié des quarante premières minutes, on assite à une bataille centrée sur la conquête. L’alignement grenoblois commence à dérailler avec deux lancers pas droits, puis deux ballons volés. En revanche, la mêlée des hommes de Patrick Pezeri remporte le combat sur chaque affrontement. Le pilier droit géorgien, Irakli Aptsiauri se joue de son vis-à-vis et le met à la faute quasiment à chaque fois. Malgré le déchet en touche, Grenoble choisit la pénaltouche et enclenche des mauls plutôt que de lancer du jeu au large. Choix stratégique payant à deux reprises. Le premier maul est joué peu avant l’heure de jeu. Mathis Sarragallet qui a remplacé Barnabé Massa trouve parfaitement son capitaine. Le porté qui s’ensuit, est hyper dynamique et dévaste tout sur son passage sur plus de trente mètres, puis termine dans l’en-but. C’est Steeve qui aplatit le deuxième essai de son équipe (le cinquième pour son compte personnel !). (12 à 12, 57ième). Le deuxième maul est joué à deux minutes du terme. Tout démarre par une nouvelle pénalité en mêlée fermée contre Soyaux. Grenoble, qui vient juste de passer devant au tableau d’affichage grâce à un drop de Sam Davies (15-18, 72ième), sent que la victoire ne peut plus lui échapper. Autant, alors, aller chercher un bonus plutôt que d’ajouter trois points supplémentaires. Choix intelligent. Le lancer de Mathis est parfait, le porté se met en place et envoie Mathis déposer le ballon derrière la ligne ! Troisième essai grenoblois, celui du bonus offensif ! Vexés, les hommes d’Alexandre Ruiz déclenchent un début de bagarre, vite stoppé. Pénalité pour Grenoble transformée par Sam Davies : 15-28 ! Victoire bonifiée pour les hommes d’Aubin Hueber pour la première fois de la saison à l’extérieur ! Deuxième grande première, aucun essai encaissé à l’extérieur. Troisième grande première, Grenoble sort de la zone rouge et se retrouve à trois points de la sixième place. L’espoir de remonter dans le haut du classement est permis. Rêvons un peu.



Les statistiques de la première mi-temps :

Mêlée (Intro Grenoble) : 4, une pénalité contre SA et une contre Grenoble.

Mêlée (Intro SA) : 4, 1 pénalité contre Grenoble, un bras cassé contre SA

Touche (Grenoble) : 7, 100%.

Touche (SA) :6 (dont une vite jouée), 1 ballon volé par Grenoble

Pénalité : 4 contre Grenoble, 4 contre SA



Les statistiques de la deuxième mi-temps :

Mêlée (Intro Grenoble) : 3, trois pénalités contre SA.

Mêlée (Intro SA) : 6, une pénalité contre Grenoble, 2 pénalités contre SA et un bras cassé contre SA

Touche (Grenoble) : 13, dont 6 ballons perdus.

Touche (SA) : 3 pas de perte de balle

Pénalité : 3 contre Grenoble ; 6 contre SA



Prochain match, le jeudi 30 novembre, match de gala contre le leader vannetais.
 
Dernière édition:
Merci pour ce debrief complémentaire. Espérons que le FCG se donne les moyens de rêver et ce contre le leader.
 

Derniers messages

Retour
Haut